Romain Cardis, le vainqueur final du Tour de Seine-Maritime 2014 ici fleuri par Clémentine et Alice, a endossé la tunique de leader remise par Jean-François Meyer, vice-président du département chargé des sports, à gauche, et reçu les trophées de Mme Dominque Chauvel, député maire de Saint-Valéry-en-Caux, à droite

Vendée U était intouchable
 
Confortablement installés sur le trône du 30e Tour de Seine-Maritime à l’issue du contre-la-montre par équipes disputé la veille lors de la troisième étape en occupant les cinq premières places du classement général, les Vendéens n’ont pas failli à leurs objectifs. Anthony Turgis (CC Nogent-sur-Oise) s’adjuge la dernière étape devant le Rouennais Dylan Kowalski, mais la victoire finale est logiquement revenue à Romain Cardis, au bénéfice des places.
L’objectif avait été clairement défini. Et avoué. Notamment par Guillaume Thévenot qui, troisième l’an passé après avoir senti le goût de la victoire au bout des jambes, est revenu cette année avec des ambitions. Ses camarades de la formation Vendée U aussi. Et tout cela, ajouté à la fougue de jeunes espoirs aux dents longues voulant se faire un nom ou concrétiser une condition à la mesure de leurs talents pour justifier la confiance placée en eux par leur directeur sportif, a donné une course somptueuse.
Un chrono décisif
Les deux premières étapes, pourtant très animées, n’avaient pas permis d’enregistrer de gros écarts. Les difficultés proposées, à l’image d’une organisation sans faille et habilement contrôlées par une cellule organisatrice attentive et efficace composée autour de Danielle Delimauges, la présidente du HAC Cyclisme, Frédéric Delimauges et Patrice Delamotte, avaient été parfaitement gérées par les formations ambitieuses. C’était donc à l’issue de sprints massifs que Ronan Dequippe (Sojasun) et Marc Sarreau (Armée de Terre), respectivement vainqueur au Trait et au Havre, s’étaient imposés. Et que le premier cité, au bénéfice des bonifications, conservait sa tunique de leader enfilée lors de la première étape.
Mais samedi après-midi, dans un contre-la-montre par équip écrasé par la puissance d’une formation dominatrice à outrance qui a bouclé les trente-cinq kilomètres du tracé proposé en 43’09’’19 (soit 49,359 km/h de moyenne), le Vendée U a scellé son triomphe en reléguant ses principaux adversaires à plus d’une minute. Plaçant ainsi cinq de ses six coureurs en tête du classement général avec un écart substantiel calculé selon un barème adapté à l’épreuve mais néanmoins viable et qui permet de conserver un attrait au classement final.
Lalouette y a cru,Kowalski méritait mieux
Il restait néanmoins une quatrième et dernière étape à disputer entre Pourville-sur-Mer et Saint-Valéry-en-Caux (163 km) pourvue de difficultés et confrontée aux caprices du vent. Un « terrain de jeu » propice à de nombreuses attaques qui a d’abord vu un groupe de 27 coureurs avec l’ensemble des leaders prendre les devants. Ce qui a permis à Kévin Lalouette (USSAP Barentin), échappé avec Edouard Louyest (VC Touen) et Benoît Poitevin (Sojasun), de devenir leader virtuel en comptant une bonne minute d’avance. Hélas. C’était sans compter sur la réaction d’une contre-attaque menée par le VC Rouen à une soixantaine de kilomètres de l’arrivée.
Une opération destruction qui a projeté en tête Dylan Kowalski (VC Rouen) et Anthony Turgis (CC Nogent/Oise), accompagnés de Fabien Grellier (Vendée U), à une vingtaine de kilomètres de l’arrivée. L’entente était assez bonne et le trio, qui a encore compté près de cinquante secondes d’avance à dix kilomètres de l’arrivée, a pu garder quelques mètres d’avance sur une contre-attaque lancée à pleine allure à ses trousses dans le final. « Je réalise une bonne course mais je n’en tire aucun bénéfice, je suis déçu pour mes équipiers qui ont fait un gros boulot derrière » constatait amèrement Dylan Kowalski, très entreprenant dans le final mais battu de quelques millimètres sur la ligne d’arrivée par Anthony Turgis (voir photo dans « l’étape en images »).
Le bonheur de Cardis
Insuffisant donc dans un premier temps pour détrôner Grellier revenu à quatre secondes de son leader au bénéfice des bonifications, mais surtout Romain Cardis qui, troisième au Trait, deuxième au Havre, vainqueur (par équipe) à Montivilliers et encore quatrième à Saint-Valéry-en-Caux, faisait preuve d’une grande régularité pour remporter ce premier succès de l’année sans avoir levé les bras.« Personnellement j’ai fait un bon Tour de Seine-Maritime. L’équipe a fait un gros travail et je suis très content car c’est mon premier succès dans un classement général » savourait celui qui, né à Melun et âgé de 22 ans depuis le 12 août, a terminé quatrième du championnat de France espoir l’an dernier. Année où il s’était aussi imposé aux Boucles de la Loire, au Tour d’Eure-et-Loir (2e étape) et au Circuit des Deux provinces.
Cardis devance Thévenot au bénéfice des places obtenues sur l’épreuve.
 
Patrick Gobbé